Archive for October, 2012

It is said that Assad sold the GPS coordinates to France for a promise.
Assad aurait vendu les coordonnées GPS de Kadhafi en échange d’une contrepartie.

Il y a de fortes probabilités pour que la capture de Kadhafi soit l’œuvre des services secrets français. Le Colonel aurait été “vendu” à l’Ouest par Al Assad.

De notre correspondant au Corriere della Sera, Lorenzo Cremonesi, traduit par Eric Lamy

TRIPOLI.    Ce ne serait donc pas un membre des Brigades Révolutionnaires mais un “agent étranger” qui a tiré le coup de feu mortel ayant atteint Muammar Kadhafi à la tête le 20 octobre de l’année dernière, dans les faubourgs de Syrte. Ce n’est pas la première fois que la version officielle communément admise concernant la fin du colonel est remise en cause en Lybie. Mais aujourd’hui, c’est Mahmoud Jibril en personne qui s’exprime : Jibril est l’ancien premier ministre du Gouvernement de Transition, et actuellement en concurrence pour diriger les affaires lybiennes après les législatives du 7 juillet. Il pointe à nouveau l’hypothèse d’un plan conçu par
des services secrets étrangers. “C’est un agent étranger infiltré au sein des Brigades Révolutionnaires qui a tué Kadhafi” a-t-il précisé il y a deux jours, au cours d’un interview avec la chaîne de télévision cairote Dream TV, où il participait à un débat sur le printemps arabe.

La French Connection
S’il y a bien un secret de Polichinelle dont on parle abondamment dans les milieux diplomatiques de la capitale lybienne, c’est bien que l’assassin de Kadhafi n’était pas seulement un étranger : il était français. Et voici pourquoi. Depuis le début du soutien de l’OTAN à la révolution lybienne, fortement encouragée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, Kadhafi avait ouvertement menacé de révéler la teneur de sa relation avec le président français, et d’évoquer les millions de dollars versés au candidat Sarkozy pendant la campagne électorale de 2007. Selon des sources diplomatiques européennes, Sarkozy aurait eu toutes les raisons de réduire Kadhafi au silence
le plus rapidement possible. Ce point de vue est confirmé par les informations recueillies par le “Corriere della Sera” il y a trois jours, à Benghazi. Rami El Obeidi, ancien chargé de mission auprès des agences de renseignements étrangers pour le compte du Conseil National de Transition (la première entité politique de la Lybie révolutionnaire) jusqu’au milieu de l’année 2011, nous a révélé qu’il connaissait les procédures qui ont permis à l ‘OTAN d’identifier l’endroit où se cachait le colonel Kadhafi , après la libération de Tripoli par les forces révolutionnaires, entre le 20 et le 23 août 2011. “On croyait, à cette époque, que Kadhafi s’était réfugié dans le désert avec une poignée de partisans, vers la frontière méridionale du pays, avec l’intention d’organiser la résistance” déclare El Obeidi. Ces informations étaient sans cesse relayées par les révolutionnaires eux-mêmes, qui avaient lancé des attaques jusqu’au secteur de Bani Walid et des oasis du sud.

En réalité, Kadhafi avait trouvé refuge au sein de Syrte, qui lui était restée fidèle. El Obeidi précise que “le raïs a utilisé son téléphone Irridium pour joindre ses fidèles réfugiés en Syrie et protégés par Assad”. Parmi ces loyalistes se trouvait le fidèle Yusuf Shakir, chargé de la propagande à la TV
lybienne, qui vit actuellement incognito à Prague. C’est, en fait, le président syrien qui aurait donné le numéro de téléphone de Kadhafi aux services secrets français ; en échange, Assad obtiendrait l’assurance que Paris limiterait sa pression sur régime syrien responsable de réprimer son peuple révolté. Dès lors, la localisation du téléphone Irridium du dictateur grâce au système de GPS était un jeu d’enfant pour les spécialistes de l’Alliance Atlantique… Si la chose était confirmée, on peut raisonnablement affirmer que ce fut le faux pas qui conduisit Kadhafi à sa perte quelques semaines plus tard.

Advertisements